Les 9 étapes de l'escalade d'un conflit selon Friedrich Glasl

Publicité

Le consultant en organisation et chercheur en conflits autrichien Friedrich Glasl a développé un modèle d'escalade et de résolution des conflits. Ainsi, les conflits qui ont atteint un certain point sur l'échelle en neuf étapes de l'escalade des conflits ne peuvent plus être résolus sans aide extérieure.

Si les parties sont conscientes du stade auquel elles se trouvent, elles ont la possibilité d'analyser leur conflit et de mieux réagir au cours de celui-ci. Selon Glasl, le modèle d'escalade des conflits convient aux différends entre étudiants ou entre conjoints, aux divorces, aux désaccords dans la vie professionnelle et aux conflits entre États.

3 niveaux et 9 étapes d'escalade des conflits

Glasl divise les neuf étapes de l'escalade d'un conflit en trois niveaux. Aux trois premiers niveaux, il est encore possible pour les deux parties de se retirer sans dommage ou même avec profit (win-win). Au deuxième niveau, l'une des deux parties doit être perdante (gagnant-perdant) et au troisième niveau, il n'y a que des pertes des deux côtés jusqu'à l'annihilation mutuelle (perdant-perdant).

Plus on s'enfonce vers le dernier niveau, plus les méthodes par lesquelles les adversaires tentent de gagner deviennent primitives et inhumaines. Par conséquent, Glasl ne présente pas son modèle comme une ascension vers les niveaux supérieurs de l'escalade, mais comme un escalier descendant qui mène littéralement de plus en plus loin dans les profondeurs de la moralité humaine.

9 niveaux d'escalade de conflit selon Friedrich Glasl, Auteur : Swinnall, original de Sampi (CC BY-SA 4.0)
9 niveaux d'escalade de conflit selon Friedrich Glasl, Auteur : Swinnall, original de Sampi (CC BY-SA 4.0)

À UN CERTAIN NIVEAU, LES CONFLITS NE PEUVENT PLUS ÊTRE RÉSOLUS SANS AIDE EXTÉRIEURE


Niveau 1 : Gagnant-Gagnant

Étape 1 : Tension

Les premières tensions sont perceptibles et deviennent conscientes, les différentes opinions se heurtent, les fronts peuvent se durcir et se cramponner. La situation est encore inoffensive, les divergences d'opinion sont monnaie courante et peuvent être résolues par la discussion. Pas encore de formation de camp ou de parti.

Publicité

Étape 2 : Débat

Le désaccord devient plus fondamental, les adversaires tentent de convaincre l'autre par des arguments rationnels et sont mis sous pression. Chacun insiste sur son point de vue, la pensée noire et blanche intransigeante et la violence verbale.

Étape 3 : Des actions plutôt que des mots !

La pression sur le partenaire du conflit augmente, parler ne sert plus à rien, il faut agir ! La communication verbale passe au second plan, les conversations possibles sont frustrées et interrompues sans résultat. L'adversaire est confronté à des faits accomplis. L'empathie pour l'autre fait place à la méfiance et aux attentes négatives, ce qui intensifie encore le conflit.

Niveau 2 : Perdant-Gagnant

Étape 4 : Coalitions

La première étape, où il ne peut rester qu'un seul vainqueur. Les adversaires cherchent des partisans et des alliés, des partis sont formés et manœuvrés les uns contre les autres. Des campagnes d'image sont lancées et de mauvaises rumeurs sur l'autre partie sont propagées. Il ne s'agit plus de la chose initiale, mais de gagner le conflit.

Stade 5 : Perte du visage

Les attaques mutuelles commenceront directement et personnellement, des "coups sous la ceinture" immoraux. Partout où vous le pouvez, vous voulez exposer votre adversaire. La perte de la moralité et de la confiance mutuelle va de pair avec la perte de la face. La seule vue de l'adversaire crée des sentiments négatifs, voire du dégoût.

Étape 6 : Stratégies de lutte contre les menaces

Par le biais de menaces et de contre-menaces, les parties au conflit tentent de prendre le dessus. Une demande est intensifiée par une punition et soutenue par la preuve de la possibilité de la punition (exemple : Un kidnappeur exige de l'argent et menace de tuer sa fille, pour prouver qu'il l'a effectivement en son pouvoir, il envoie un message vidéo). Plus la possibilité de punition est crédible, plus la menace est efficace et plus vite la demande sera satisfaite. Il s'agit de savoir qui a le plus de pouvoir et peut appliquer les pires punitions. Les menaces dégoûtantes des deux camps s'entrechoquent comme des ciseaux, le conflit ne cesse de s'aggraver.

Niveau 3 : Perdant-perdant

Étape 7 : Destruction limitée

La première étape, où l'on accepte ses propres dommages si seulement les dommages de l'autre sont plus grands. L'humanité est terminée maintenant, toutes les astuces sont utilisées pour nuire à l'adversaire. L'adversaire n'est plus perçu comme un être humain, mais comme une chose sans sentiments. Les valeurs et les vertus sont reléguées au second plan.

Étape 8 : Annulation totale

L'objectif ultime est l'effondrement du système ennemi. Les combattants du front sont coupés de leurs alliés et de leurs approvisionnements, les fonctions vitales sont attaquées jusqu'à la destruction physique-matérielle, mentale-sociale ou spirituelle.

Publicité

Étape 9 : Ensemble dans l'abîme

Il n'y a pas de retour en arrière possible, c'est une confrontation totale entre les deux parties. Si vous pouvez entraîner votre adversaire dans l'abîme avec vous, alors vous sautez. L'autodestruction est acceptée. Les dommages causés à l'environnement ou aux descendants n'empêchent plus les adversaires de se détruire mutuellement.

Modèle de désescalade

Les conflits des niveaux 1-3 doivent encore être résolus pacifiquement entre eux, éventuellement quelqu'un intervient en tant que médiateur (par exemple : les parents demandent à leurs enfants de se réconcilier à nouveau).

Au niveau 4, les parties concernées ont besoin d'une aide extérieure pour résoudre leur conflit. Glasl envisage le modèle suivant pour désamorcer le conflit :

  • Stade 1-3: L'auto-assistance est encore possible
  • Étape 2-3: Aide par le biais d'amis, de la famille ou d'une modération professionnelle
  • Étape 3-5: Aide par le biais d'un soutien professionnel externe du processus
  • Étape 4-6: Aide par le biais d'un soutien externe au processus socio-thérapeutique
  • Étape 5-7: Aide par la médiation professionnelle externe
  • Étape 6-8: Assistance par arbitrage volontaire ou obligatoire
  • Stade 7-9: aide uniquement possible grâce à une intervention du pouvoir d'en haut

Les dirigeants, en particulier, devraient connaître les neuf étapes de l'escalade d'un conflit. Les conflits peuvent ainsi être envisagés d'un point de vue neutre et, si nécessaire, une aide extérieure peut être demandée en temps utile. Même dans les conflits dans lesquels on n'est pas impliqué, la reconnaissance sans valeur des étapes du conflit peut conduire à une solution plus rapide du conflit.

L'escalade des conflits à partir d'Hollywood

Le film américain "The War of the Roses" du réalisateur Danny DeVito, avec Michael Douglas et Kathleen Turner, est un exemple parfait, presque un manuel, de la manière de franchir toutes les étapes.

Dans cette comédie dramatique, Barbara Rose veut divorcer de son mari Oliver. Elle s'efforce de parvenir à un accord à l'amiable, mais c'est la première fois qu'elle rencontre des difficultés avec la maison qu'elle partage.

Le conflit s'envenime de plus en plus jusqu'à des actes absurdes tels que la destruction délibérée de l'installation et la haine mutuelle pure et simple. Au terme de cette escalade totale, les ex-époux gisent mourants dans le hall d'entrée après être tombés avec leur lustre à la suite d'une précédente dispute. Le point de non-retour absolu est atteint.

Publicité